Home / INTERVIEW / TYFA FATIMATA KONATE DIRECTRICE OF ‘’CREADS NAME’’ (CN),

TYFA FATIMATA KONATE DIRECTRICE OF ‘’CREADS NAME’’ (CN),

La question de l’emploi est un véritable casse-tête chinois pour les jeunes au «pays des Hommes intègres». Le chômage est un phénomène essentiellement urbain qui touche la jeunesse et particulièrement la jeunesse féminine. En dépit des énormes difficultés qui parsèment le chemin pour décrocher le premier boulot, certaines femmes ont pu tirer leur épingle du jeu en optant pour l’auto-emploi. Nous avons pu rencontrer l’une d’elles qui, promotrice d’une entreprise, nous livre son cursus. Dans les lignes qui suivent, nous vous livrons le contenu de cet entretien. Découvrons ensemble Fatimata KONATE au parcours entrepreneurial exceptionnel.

Femmes & Entrepreneures (FE) : Pouvez-vous vous présentez à nos lecteurs ?
Fatimata Konaté (FK) : Je me nomme KONATE Tyty Fatimata. Burkinabè, coach en développement personnel en entreprenariat et directrice générale de l’Agence Creads Name, une agence de semi-communication. Mère de deux adorables enfants, je suis particulièrement passionnée pour le développement personnel de la femme d’où l’initiation d’un cadre qui serve de tribune pour les jeunes femmes entrepreneures

Dénommée : « Elle’s entreprennent ». Et également propriétaire d’une boutique de produits cosmétiques. Aujourd’hui, quand je regarde dans le rétroviseur, je me dis que tout n’était pas gagné d’avance !

FE : Quel est votre parcours professionnel ?
FK : j’ai créé mon emploie
FE : Quelles sont les motivations vous ont poussé à vous lancer dans l’entrepreneuriat ?
FK : J’ai toujours été animée du désir d’être une femme indépendante, faire valoir mes compétences. Pour moi, il n’y a de limites que celles que nous nous imposons. J’aime aider et donner des conseils. Vu le manque d’emploi, je n’avais d’occasion de m’exprimer de façon complète qu’en créant ma propre structure d’où la naissance la Creads Name.
FE : Présentez – nous votre structure
FK. ‘’CREADS NAME’’ (CN), est une Agence spécialisée dans la création de nom et de logo d’entreprises créée en avril 2013 dont le but est d’amener les Chefs d’Entreprises à s’intéresser davantage au devenir de leurs structures par le changement de mentalité en trouvant des noms dignes de sociétés compétitives. Aujourd’hui, je m’intéresse davantage à l’employabilité des femmes afin de rompre avec une certaine considération qui relègue chaque fois cette dernière au second plan.

FE : Pourquoi avez-vous choisi le coaching et le développement personnel des jeunes femmes entrepreneures burkinabés?
FK : C’est pour moi un moyen de réaliser la vision que j’ai en faveur des jeunes femmes au regard de l’importance des contraintes auxquelles elles font face après l’obtention de leurs diplômes. Aider toutes celles qui se limitent mentalement en se contentant du trop peu, du juste assez, à se battre pour atteindre le sommet. Je lutte pour l’autonomisation économique des femmes et je souhaite que toutes les femmes de l’Afrique en général et du Burkina particulièrement comprennent qu’elles ont du potentiel à revendre, qu’elles méritent le meilleur dans la vie et qu’en dépit de toutes les limitations sociales qui sont notre quotidien, elles peuvent et doivent réaliser leurs rêves.

FE : Comment vous organisez – vous pour allier vie de famille et vie professionnelle ?
FK : Comme le dit très souvent mon père, tout est une question d’organisation. Quand je suis au boulot, j’y suis à 100% et c’est pareil pour la maison et la famille. Savoir-faire chaque chose en son temps est une discipline personnelle pour réussir.

FE : Dans votre vie d’entrepreneure, quelles sont les difficultés que vous rencontrez le plus souvent ? Comment vous en sortez-vous ?
FK : Les difficultés sont inhérentes aux entreprises. Pour le moment, celles que je rencontre sont d’ordres financiers et matériels. Jusqu’à présent je fais de telle sorte que mes activités s’autofinancent. Mais je souhaite avoir plus de moyens pour faire encore mieux.
EE : Vous avez été speaker au meilleur business plan au Burkina faso. Quel souvenir gardez-vous de ce moment ?

FK : Ce fut une belle expérience, une belle opportunité pour moi de Participer au jeb et qui m’a permis de faire la connaissance des personnes extraordinaires. J’ai été particulièrement marquée par l’intervention de Mme Cristelle Zombre(….), et de Mr Traore(….)de la maison de l’entreprise du Burkina . Cette aubaine a été pour moi un déclic et m’a fortement encouragé dans ma lancée.

FE : Que pensez-vous de l’entreprenariat féminin en Afrique et surtout au BURKINA FASO ?

FK : Les femmes africaines se heurtent encore à la culture masculine du pouvoir en famille, à l’école ou au travail. Elles ont tendance à manquer de confiance en elle en dépit des talents dont elles ont conscience ou qu’on leur reconnaît. Ceci dit, ce n’est pas toujours facile d’entreprendre avec une vision de faire au-delà du commun. Mais j’ai foi que cela changera progressivement et je crois avec conviction à l’entreprenariat féminin burkinabé.

FE : Quels sont vos conseils à l’endroit de toutes les femmes ou jeunes filles qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat ?

FK : Il n’y a de limitations que celles que nous nous imposons nous mêmes ! Croyez en Dieu, croyez en vous et à votre projet, préparez-vous et lancez-vous ! La réussite viendra. Car rien n’est facile il n’y a pas d’activités qui soient masculines et d’autres qui soient féminines. L’entrepreneur est homme et femme Aucune interdiction n’est faite pour l’entrepreneuriat féminin.

 effetrealite.com

About effetrealite

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez effetrealite.com

Suivez effetrealite.com

Inscrivez-vous a notre newsletter, pour ne rien ratez!

WpCoderX